Search
  • Louisa Middleditch

"Sporting Stories": Quentin Ruffier-des-Aimes (pt. 1)

Updated: 2 hours ago

"Sporting Stories" is a series of interviews that features athletes from around the globe. Whether they race on the world stage or at a club level, my aim is to give them a platform to share their stories, and to give you an insight into their lives, backgrounds and mindsets. I hope it will inspire you and show you that anything is possible if you are passionate and committed.



[ENGLISH VERSION // FRENCH VERSION BELOW]

Originally from Champagny-en-Vanoise, Quentin is passionate about cycling. Some would even say crazy. Having started to ride to keep fit during the ski off-season (Quentin is a ski instructor in winter), he now undertakes challenges that are as unusual as they are impressive. Riding from Champagny to the Mediterranean sea, so 415km, in a single day? Easy (well, mostly). A 350km race between Paris and Deauville? He finishes 3rd. Cycling over 4000km without assistance to reach the North Cape for the summer solstice? Mission accomplished. He's currently preparing his return to the North Cape, this time in winter. Personally, I'm happy to stick with 60km-ish rides with him when I'm back in Champagny during the summer... But although he is ahead of me on two wheels, I certainly have the edge on the swim and run if ever he decides to start triathlon!

A couple of days out from setting off to the North Cape (again), I asked Quentin a few questions to know a bit more about his motivations, preparations and feelings. I'll let you read his interview, and I hope it will inspire you (not necessarily to go off on wild cycling adventures, but simply to step out of your comfort zone once in a while...).


Hi Quentin, how are you today?

Hi Louisa, I'm well, thank you. I'm pretty busy at the moment because in 10 days I am off cycling beyond the Arctic Polar Circle. There's a lot to prepare in terms of equipment, and a bit of training to fit in as well.


What training have you got planned/done today?

Nothing at all today! I am taking the day off to be fresh and rested for my departure in a couple of days.


This summer you accomplished something quite extraordinary! Can you tell us about your adventure?

I don't think it was extraordinary. But I'm happy to talk about it. I left Champagny, where I live in Savoie, on my bike on 21st May 2022. My goal was to reach the North Cape (the most northern point on the European continent) around the 21st June, day of the summer solstice. I set off alone, carrying only the most essential things I thought I would need in the bags strapped to my bike. I cycled through Switzerland, the east of France, Germany, Denmark, Sweden, a small part of Finland and finally Norway. The higher the latitude, the longer the days, until they became seemingly infinite. Indeed, at that time of the year, up there, the sun never sets. It took me 29 days, including 2 rest days, to cover the 4000km from my village to the North Cape. I met hundreds of people and experienced thousands of emotions along the way.

Quentin standing in front of the Globe monument, on 19 June 2022.


How did you prepare for it?

I started thinking about this adventure in December 2021, and started to really prepare for it in February 2022. By training physically of course, but also by carefully plotting my itinerary as it's not uncommon for roads to be closed in Norway because of the snow. I therefore had to do my research and map out a doable route, though I did not plan what I would do each day specifically. The second thing was choosing the things I would travel with. I tried to find a balance between not lacking anything but also using everything I would bring along. At that time of year, the temperatures are still quite low (the last week it averaged around 4/5°C), so I had to find things that were of high quality but also light and did not take up too much room (tent, duvet, mattress, camping stove...), as I only had limited space. By the start of April, I had figured out my equipment.

From a physical point of view, in winter I only ride on my turbo trainer, doing short but sharp sessions. Then in February we spent a week together in Portugal where I was able to bank some solid hours of training over the 7 days. It was a good idea. In April, the snow where I live starts to melt, meaning I can ride outside again. I made the most of the days to get in some long rides to get my body ready for the journey.

Quentin and I spent a week together training under the Portuguese sun.


What was most difficult about the experience? Most enriching? Most surprising?

The most difficult was the weather. Lots of rain from the beginning. From Germany onwards, the rain stayed with me until the end. I was prepared because at these latitudes and at that period it's pretty common. Nonetheless, cycling in the rain for hours and even days on end gets quite weary.

The most enriching was probably the adventure as a whole, but more specifically the people I met along the way, whether these were people with whom I shared a couple of kilometres one day, people who welcomed me with open arms and hosted me for the night, or people with whom I rode for a couple of days as we were headed in the same direction. It was also the most surprising because these encounters were always completely unpredictable. I met people from different backgrounds, nationalities and cultures, and that was certainly very enriching.

However I'd also say me and my body. It may seem strange but when I started cycling seriously during the Covid pandemic, I would have never thought I'd be able to ride 150km every day for a month. Then look at my final 3 days from Bruxelles back to Albertville: 200km, 170km and 393km. I had the belief, but now I have the proof: the human body is an incredible machine that can adapt to many things.

"Cycling in the rain for days on end gets quite weary."


What was the most indispensable piece of equipment you used during your expedition?

Based on the above, you can probably guess: my rain gear.

And a lot of motivation and adaptability. With that, you're (nearly) guaranteed to go all the way. They are the key elements that enable you to push through the hardships.


What did you feel after achieving your goal?

Initially, I felt a mix of lots of emotions, but essentially I felt extremely satisfied. The journey seemed to have flown by. It was incredible, as a sporting feat but also deep down at a more personal level.

Then, I felt a bit nostalgic that it had come to an end. I was immersed in a sort of adventure routine, I felt in my place, felt like I belonged. In a way I wanted it to continue.

I always need a goal to motivate me, so as soon as I got home I found something else to work towards: an ultra distance cycling race at the end of September. Since then I've been 100% committed to the journey I'm soon leaving for.


What did you learn?

A lot of things of course. A lot about me and my body. But more generally, I learnt that there are lots of interesting people to meet on this Earth.

Bike-packing is amazing: when you have to keep pedalling and use only the power of your legs to travel, you appreciate the journey even more. And it enables you to travel while limiting your carbon footprint... It also taught me to not get fixated on data (average speed, kilometres...) which we often obsess over in training.

At the end of the day, though, the most important thing for me was simplicity. My life for a month and a half was very simple. My only priorities were to ride a bit further each day, find shops to buy food, find water, and find somewhere to sleep. That's it. I used my telephone to help me find these things and share my experiences with those that were following me on social media, but that's it. I slept in unlikely places, and during my time away I was far from any of my home-comforts (sofa, bed, kitchen, hot shower...). Yet I never felt a lack of comfort. Living like a nomad teaches you a lot and you realise that you don't need much to be happy.

Living like a nomad, a simple way of life.


As if it wasn't hard enough in summer, you're now preparing your return to the North Cape in winter. Why?!

In summer the days are never-ending, the sun dazzles you even at midnight. In winter it's the complete opposite: the sun never rises. As I am a very curious person and always invest 100% into what I do, I wanted to experience the North Cape's two extreme and totally different conditions and see what they have to offer.

The sun doesn't set at the North Cape for several days in summer.


What will be the differences with this summer's journey? How will you manage the hostile conditions?

The big differences will be the meteorological conditions. It will be dark 24h a day, temperatures can drop to -10 to -20°C, the roads may be covered in snow... But it's also known for the Northern Lights. That's something I really want to see.

In terms of my itinerary, this time round I'm "only" going to be cycling 700km. I will start in Tromso, in Norway. It'll therefore be shorter but arguably much harder than it was in June. Again, I have spent a lot of time choosing and testing all the equipment that I'll take with me. I hope I haven't messed up and that my clothes will keep me warm.


How do you feel now, just a few days before you set off?

I'm alright. I mean, there is a bit of stress but in a good way, more like excitement. Of course, I keep asking myself questions such as: will I get there? How will it be? What difficulties will I face? Unfortunately (or fortunately), I'll only have the answers once I leave. But I think I'm ready.


Other than cycling, you also do alpine skiing, as you are a ski instructor in winter. Actually, it was mainly alpine skiing that you did before you found a passion for cycling. Do you think it helped you be so physically and mentally strong, as well as not being afraid to take risks?

That's a very good question. It's always tricky to known what you're born with and what you "create" or "develop" over time. I'm 26 years old, and I've been skiing for 24 of them. So I guess my answer is yes - skiing meant I developed strong quads, and it sure helps for cycling! Skiing also taught me to anticipate and understand that weather conditions must be taken into account, while knowing that you cannot change them. Finally, skiing enabled me to discover other sports which helped developed my physical and mental strength (resistance training, cross-fit, running...).


You also do a lot of races on Zwift, the virtual training app for cyclists. You are even part of a French team in the Zwift Racing League. What do you think about it?

In winter I am invariably on my turbo trainer, logged on to Zwift. It helps make the sessions more entertaining and less boring.

Zwift races are fun, they are really intense because they are often pretty short, and it's also nice to race as a team (6 riders) so you don't feel like you're the only one suffering alone in your living room... On top of that, the other guys are experienced, high-level cyclists, so it's great to mix it up with them to keep improving.


Adventuring into the unknown like you did can sound dreamy but can equally be very daunting: we don't necessarily know where to start or what the end goal is, let alone all the difficulties and dangers we may be confronted to. What advice could you give us?

I'm not sure if I'm best placed to give advice but I can certainly share my opinion. You need to choose what it is that deep down you want to do. Something that excites you, that you'll want to do even when the going gets tough. It can be climbing Everest, building your house, living in a new country or whatever else... First you need to look beyond any dangers/fears you may have. Really. Then you need to start preparing. This can alleviate some of the doubts, fears or unknowns and thus make things easier. There will always be some questions that cannot yet be answered; only when you get going might you find the answers. As such, you must accept that you cannot plan everything. And then you need to just go for it. That's the hardest part for me. Once you've taken the first step, everything becomes much simpler because you've got momentum, you're in the action.

To finish off, I think we all need to believe in ourselves and be confident in our abilities. The human brain and body can achieve incredible things. Until proven otherwise, every one of us has a brain and a body... It's up to us to discover and make use of them.

Adventure into the unknown to find yourself.


Quick-fire questions:

3 words to describe you? Curious, adaptable and inspired.

Morning or evening training? Morning AND evening training, no? Otherwise I'd say evening.

Favourite song for the turbo? Any song that's louder than the sound of me breathing.

Raclette or fondue? Raclette.

Dark chocolate or milk chocolate? Dark.

Your dream bike? S-Works Epic EVO.

Riding on flat roads or in the mountains? Hmm... Can I play a wildcard?

A fun fact about you? I love eating... That's probably why I cycle so much!

Your dream sponsor? I've never thought about it but probably a bicycle brand.

When will we see you doing a triathlon?! Not in 2023. Maybe after?


Your journey in stats:

Total distance covered? 4000km there - 1000km back so 5000km.

Number of days? 43 days to go there and back. 33 of them were on the bike.

Average distance per day? 150km.

Average time riding per day? 7h30.

Number of rest days? On the way up, only 2. The other 8 days were coming back, often spent in public transport (which didn't really feel like resting).

Average power? No clue, I didn't have a powermetre.

Number of punctures? 0. Just like the number of mechanicals. I took good care of my equipment, and it returned the favour.

Number of chocolate bars? Too many for me to count!!


A big thank you to Quentin for accepting to do this interview and for sharing his pictures. We wish him all the best for his journey, and in particular we hope that the weather will be a bit kinder this time! Stay tuned for the second part of the interview when he gets back...

Until then, please share this article or leave a comment. You can also find Quentin on his social media channels:

Instagram

Strava

YouTube

TikTok



[FRENCH VERSION]

Originaire de Champagny-en-Vanoise, Quentin est un passionné de vélo. Certains diront même un fou. Ayant commencé à rouler pour maintenir la forme dans l'hors-saison de ski (Quentin est moniteur l'hiver), il se lance aujourd'hui des défis aussi inhabituels qu'impressionnants. Relier Champagny à la mer Méditerranée, soit 415km, en une journée? Facile (enfin presque). Une course de 350km entre Paris et Deauville? Il finit 3e. Parcourir plus de 4000km sans assistance pour arriver au Cap Nord pour le solstice d'été? Mission accomplie. Il prépare d'ailleurs son retour au Cap Nord, cette fois en hiver. Personnellement, je me contente de sorties d'une soixantaine de bornes avec lui quand je suis à Champagny l'été... Mais même s'il a une bonne avance sur moi à vélo, au moins j'ai encore de la marge en natation et course à pied s'il décide de se mettre au triathlon!

À quelques jours de son (deuxième) départ pour le Cap Nord, j'ai posé à Quentin quelques questions afin d'en savoir un peu plus sur ses motivations, préparations et ressentis. Je vous laisse découvrir son interview ci-dessous, en espérant que cela vous inspire (pas forcément à se mettre à faire de tels périples à vélo, juste à sortir de sa zone de comfort de temps en temps...).


Salut Quentin, comment ça va aujourd'hui?

Hello Louisa, ça va merci. Je suis assez occupé en ce moment car dans 10 jours je pars faire du vélo au-dessus du cercle polaire arctique. Beaucoup de préparation sur le matériel et un peu d’entraînement en parallèle.


Quel(s) entraînement(s) as-tu prévu/fait aujourd'hui?

Aujourd’hui, rien du tout! Je me repose pour avoir de la fraîcheur pour mon départ d’ici quelques jours.


Cet été tu as accompli quelque chose de réellement extraordinaire! Peux-tu nous parler de cette aventure?

Je ne pense pas que ça soit extraordinaire. Mais je veux bien en parler. Je suis parti à vélo, le 21 mai 2022 de Champagny, chez moi en Savoie. L’objectif était de rejoindre le Cap Nord (point le plus au Nord de l’Europe) autour du 21 juin, qui marque le solstice d’été. Pour cette aventure, je suis parti seul, en autonomie, avec simplement mon vélo et le minimum d’affaires nécessaires dans mes sacoches. J’ai traversé la Suisse, l’est de la France, l’Allemagne, le Danemark, la Suède, une petite partie de la Finlande et enfin la Norvège. Plus je “montais” en latitude, plus les jours étaient longs, jusqu’à devenir infinis. À cette période, le soleil ne passe jamais sous l’horizon là-haut. J’ai mis 29 jours dont 2 de repos pour parcourir les 4000km qui faisaient juste l’aller du voyage. Des dizaines de personnes rencontrées et des milliers de moments forts vécus sur la route.

Quentin devant le globe du Cap Nord, le 19 juin 2022.


Comment as-tu préparé ce voyage?

J’ai commencé à penser à ce voyage en décembre 2021. J’ai vraiment commencé à le préparer en février 2022. Physiquement bien sûr, mais également en étudiant l’itinéraire car en mai/juin il n’est pas rare que certaines routes soient fermées en Norvège à cause de la neige. Il m’a donc fallu m’informer et surtout planifier un itinéraire réalisable, bien que je n’ai pas planifié les étapes. Seulement une trace que j’allais suivre. La deuxième chose, c’était les affaires avec lesquelles j’allais partir. Je voulais partir minimaliste, donc ne manquer de rien mais surtout utiliser tout ce que j’allais amener avec moi. À cette période, les températures sont encore fraîches (la dernière semaine il y avait 4/5°C de moyenne), donc il fallait que je trouve des affaires de qualité, mais aussi légères et qui ne prennent pas de place (tente, duvet, matelas, réchaud…) car mes rangements étaient limités. Début avril, j'ai répondu à toutes ces questions matérielles.

D’un point de vue physique, en hiver je fais exclusivement du home trainer, avec des séances plutôt courtes mais intenses. Il y a aussi eu cette semaine au Portugal en février qu’on a partagé ensemble où j’ai pu accumuler des heures de vélo sur 7 jours. C’était une bonne idée. En avril, chez moi la neige commence à partir et donc il est possible de rouler en extérieur. J'en ai ainsi profité pour faire des longues journées sur le vélo pour habituer mon corps.

Une semaine passée ensemble au Portugal pour s'entraîner au soleil.


Qu'est-ce qui a été le plus difficile? Le plus enrichissant? Le plus surprenant?

Le plus difficile fut la météo. Beaucoup de pluie dès le début du voyage. À partir de l’Allemagne, la pluie m’a suivie jusqu’au bout. J’étais préparé car à ces latitudes et à cette période c’est assez fréquent. Mais quoi qu’il en soit, la pluie pendant plusieurs heures et même jours d'affilée reste très usant.

Le plus enrichissant, sûrement la globalité de mon aventure mais plus particulièrement les gens que j’ai rencontré sur ma route. Que ce soit des gens qui ont partagé la route avec moi quelques dizaines de kilomètres, les habitants qui m’ont ouvert leurs portes pour m’accueillir pour la nuit ou encore les personnes rencontrées avec qui j’ai pu rouler quelques jours car on allait au même endroit. C’est aussi le plus surprenant car à chaque fois, ces rencontres étaient totalement imprévisibles. J’ai donc côtoyé des locaux, des gens de différents milieux, nationalités et surtout de cultures différentes et ça c’était très enrichissant.

En même temps, je répondrais moi et mon corps. Ça peut paraître bizarre mais ayant commencé le vélo pendant la crise du Covid, j’aurais jamais pensé pouvoir réaliser 150km tous les jours pendant 1 mois. À l’image de mes 3 dernières journées pour rentrer de Bruxelles à Albertville: 200km, 170km et enfin 393km. J’en avais déjà la conviction mais là j’en ai eu la confirmation: le corps humain est une machine formidable, qui peut s’adapter à beaucoup de choses.

"La pluie pendant des jours d'affilée reste très usant."


Quel était l'équipement le plus indispensable pour aller au bout de cette aventure?

Avec ce que je viens de dire, tu peux le deviner: mes affaires de pluie.

Et surtout beaucoup de motivation et d’adaptabilité car avec ça, tu es (presque) sûr d’aller au bout. Ce sont des éléments clés qui te permettent de passer les moments difficiles plus facilement.


Quels ressentis as-tu eu après avoir accompli ton but?

Au début, il y a beaucoup d’émotions qui se mélangent, mais c'était surtout de la satisfaction. C'est passé si vite. C’était incroyable, sportivement, humainement, et personnellement.

Ensuite, un peu de nostalgie que ça s'arrête. Une forme de routine d’aventure s’était installée, et j’étais dans mon élément, je faisais partie de la route. Quelque part j’avais envie que ça continue.

J’ai toujours besoin d’un objectif pour me motiver, donc dès que je suis rentré à la maison, j’ai retrouvé un objectif, une petite course d'ultra distance, fin septembre. Et puis après ça, je me suis mis à 100% en vue de l'objectif pour lequel je pars dans quelques jours.


Qu'as-tu appris à travers cette aventure?

Énormément de choses évidemment. Beaucoup sur moi et mon corps. Mais de manière plus générale, j'ai appris qu'il y a plein de gens très intéressants à rencontrer partout sur Terre.

Voyager à vélo, c’est génial: uniquement à la force de ses jambes, les kilomètres n’ont pas les mêmes saveurs. Et puis ça permet de voyager en limitant notre impact écologique… Ça m’a aussi appris à ne pas forcément regarder les données (vitesse moyenne, kilomètres...) qu’on a souvent l’habitude de regarder quand on s'entraîne.

Et pour finir, mais aussi le plus important à mes yeux, c'est la simplicité. Ma vie pendant 1 mois et demi était très simple. Mes seules priorités étaient d’avancer à vélo, trouver des magasins pour acheter à manger, trouver de l’eau et trouver un endroit où dormir. C’est tout. J’utilisais mon téléphone pour m’aider à trouver ça et surtout à partager ce que je vivais avec les gens qui me suivaient sur les réseaux, mais c’était tout. J’ai dormi dans des endroits improbables, et pendant tous ces jours, j’étais loin de mon confort que j’ai chez moi (canapé, lit, cuisine, douches chaudes...). Pourtant je n’ai jamais ressenti de manque de confort. Vivre en itinérance, à la manière d’un nomade, c’est très formateur et on se rend compte qu’on n'a pas besoin de beaucoup de choses pour être heureux.

Vivre comme un nomade, en toute simplicité.


Comme si ce n'était pas assez dur en été, tu prépares à présent ton retour au Cap Nord en hiver. Pourquoi?!

En été le jour est infini, le soleil vous éblouit même à minuit. En hiver c’est l’inverse: il ne passe jamais au-dessus de l’horizon. Comme je suis quelqu’un de curieux et qui fait toujours les choses à 100%, je veux connaitre les deux facettes "extrêmes" de ce lieu qu’est le Cap Nord et apprendre de ce qu’elles vont m’offrir malgré les conditions totalement différentes.

Pendant quelques jours en été au Cap Nord, le soleil ne se couche pas.


Quelles seront les différences avec ton voyage de cet été? Comment vas-tu gérer les conditions plutôt hostiles?

Les grosses différences seront les conditions météorologiques et climatologiques. La nuit 24h/24, des températures entre -10°C et -20°C, les routes enneigées... Mais c'est aussi réputé pour les aurores boréales. C’est vraiment quelque chose que j’ai envie de voir.

En terme d'itinéraire, cette fois-ci je ne pars “que” pour 700km. Je commencerais à pédaler à Tromso, en Norvège. Ça sera donc plus court mais bien plus dur que mon aventure du mois de juin dernier. Encore une fois, j’ai passé pas mal de temps à choisir et tester tous les équipements avec lesquels je vais partir. J’espère que je ne me suis pas trop trompé et que mes habits me garderont au chaud.


Comment te sens-tu à quelques jours du départ?

Ça va. Il y a un peu de stress mais dans le bon sens, j’aime appeler ça l’excitation. Forcément, je me pose des questions du type: est-ce que je vais y arriver? Comment ça va être? Quelles galères? Malheureusement (ou heureusement), je n'aurai les réponses qu'une fois parti. Mais je pense être prêt.


À part le vélo, tu fais également du ski alpin, étant moniteur en hiver. C'est d'ailleurs du ski que tu faisais principalement avant de découvrir ta passion pour le vélo. Penses-tu que cela t'as permis d'être aussi fort physiquement et mentalement, et d'avoir le goût du risque?

Très bonne question. C’est toujours difficile de savoir ce qui est en nous depuis toujours et ce que l’on "crée" ou "développe". J’ai 26 ans et ça fait 24 ans que je fais du ski. Donc je vais dire oui - merci le ski d’avoir développé mes cuisses, c’est sûr que ça m'aide pour faire du vélo! Merci le ski de m'avoir appris à appréhender et surtout comprendre que les conditions météos sont des variables à prendre en compte sans qu’on puisse les changer. Et merci le ski de m’avoir fait découvrir d’autres sports qui m’ont permis de développer mon physique mais aussi mon mental (musculation, cross-fit, course à pied…).


Tu fais aussi beaucoup de courses sur Zwift, une plateforme d'entraînement virtuel pour les cyclistes. Tu as même intégré une équipe française de la Zwift Racing League. Qu'en penses-tu?

En hiver je fais uniquement du home trainer avec la plateforme Zwift. Ça rend les séances plus ludiques et moins ennuyantes.

Les courses c’est sympa pour l’intensité car ce sont des formats assez courts, et surtout on court en équipe (6 personnes) et donc c’est agréable de ne pas être tout seul dans son salon à souffrir… En plus de ça, les autres gars sont des cyclistes expérimentés et de très bon niveau donc c’est bien de pouvoir les côtoyer pour s’améliorer.


Se lancer dans l'inconnu comme tu l'as fait peut faire rêver mais peut également faire peur: on ne sait pas forcément par où commencer ou quel but on veut atteindre, sans parler des difficultés et dangers auxquels on sera peut-être confrontés. Aurais-tu un conseil à nous donner?

Je ne sais pas si je suis légitime à donner des conseils mais je peux partager mon opinion. Il faut déjà choisir ce qui nous fait envie au plus profond de soi. Quelque chose qui nous anime, qu’on aura envie de faire même si c’est difficile. Ça peut être grimper l'Everest, construire sa maison, vivre dans un autre pays ou n’importe quoi d’autre… D'abord il faut faire abstraction des dangers/peurs liés à ce projet. Vraiment. Ensuite il faut se lancer dans la préparation. Celle-ci peut enlever certains doutes, peurs ou inconnu(e)s et donc faciliter les choses. Il y aura toujours des questions auxquelles on ne peut pas répondre; c’est en faisant qu’on y répondra. Alors il faut accepter que certaines choses ne soient pas planifiables et qu’on y répondra en temps voulu. Puis il faut se lancer pour de bon. Pour moi, c’est le plus difficile. Une fois qu’on a fait le premier pas, tout devient plus simple car on est dans l’action.

Pour finir, je pense qu’il faut tous qu’on croit en nous et qu’on se fasse confiance. Le cerveau et le corps humain disposent de ressources incroyables. Chacun de nous a un cerveau et un corps jusqu'à preuve du contraire… À nous de les découvrir et de s’en servir.

Se lancer dans l'inconnu pour se découvrir soi-même.


Quick-fire questions:

3 mots pour te décrire? Curieux, polyvalent et inspiré.

Entraînement le matin ou le soir? Matin ET soir, non? Je dirais plutôt soir.

Chanson préférée pour le home trainer? Celle qui fait plus de bruit que mon souffle.

Raclette ou fondue? Raclette.

Chocolat noir ou chocolat au lait? Chocolat noir.

Ton vélo de rêve? S-Works Epic EVO.

Rouler sur du plat ou en montagne? Hmm... Joker?

Une anecdote sur toi? J’adore manger… C’est sûrement pour ça que je fais autant de vélo!

Ton sponsor de rêve? Jamais posé la question mais sûrement une marque de vélo.

À quand un triathlon?! Pas en 2023. Après?


Ton voyage en stats:

Distance parcourue? 4000km aller - 1000km retour donc 5000km.

Nombre de jours? 43 jours pour faire l'aller-retour. 33 pédalés.

Distance moyenne par jour? 150km.

Temps de vélo moyen par jour? 7h30.

Nombre de jours de repos? À l'aller, 2 jours seulement. Les autres 8 jours étaient au retour, souvent passés dans les transports (ce n'est pas vraiment du repos).

Puissance moyenne? Aucune idée, je n'avais pas de capteur de puissance.

Nombre de crevaisons? 0. Comme le nombre de problèmes. J’ai pris soin de mon matériel, il me l’a bien rendu.

Nombre de tablettes de chocolat? Beaucoup trop pour que je puisse compter!!


Un grand merci à Quentin d'avoir accepté cette interview et d'avoir partagé ses photos. On lui souhaite bonne chance pour son voyage, et on espère surtout que la météo sera un peu plus clémente! Ne manquez pas la deuxième partie de l'interview quand il reviendra...

D'ici-là, n'hésitez pas à partager cet article ou laisser un commentaire. Vous pouvez aussi retrouver Quentin sur ses réseaux:

Instagram

Strava

YouTube

TikTok

63 views2 comments