top of page
Search
  • Writer's pictureLouisa Middleditch

"Sporting Stories": Quentin Ruffier-des-Aimes (pt. 2)

"Sporting Stories" is a series of interviews that features athletes from around the globe. Whether they race on the world stage or at a club level, my aim is to give them a platform to share their stories, and to give you an insight into their lives, backgrounds and mindsets. I hope it will inspire you and show you that anything is possible if you are passionate and committed.



[ENGLISH VERSION // FRENCH VERSION BELOW]

If you read the first interview I did with Quentin, then he needs no introduction. If you haven't, you can check it out here before reading on.

Last summer, Quentin reached the North Cape after cycling over 4000km from his home in the French Alps. As if once wasn't enough, his plan was to do it again, this time in winter, starting from Tromsø in Norway. A thought-out preparation for this adventure was crucial given the hostile conditions he would be facing. In this interview, we talk about this epic journey, as well as his plans for 2023. I hope you enjoy this article, and I hope it will motivate you to set ambitious goals for 2023 as well!


Hello Quentin, how are you today?

Hello Louisa, I'm well! I hope you are too, on the other side of the world.


What training have you got planned/done today?

I've just finished my session of 3x10mins at 95% FTP. It wasn't easy but my enjoyment for training hasn't wavered so that's cool.


In our first interview, we spoke about your success in your project to reach the North Cape by bike in May/June 2022. Yet that was only half the project, as the second part consisted of reaching the North Cape in winter, a challenge you undertook in November/December 2022. Can you remind us of the specifics of this adventure?

Yes, after cycling 4000km in June to reach the North Cape, where the sun never set, my goal was to experience the wintery conditions of the Far North, to know both of its extremes. From Tromsø, above the Arctic Polar Circle, to the North Cape, with negative temperatures, frozen roads and polar nights. Contrary to the month of June, the sun never comes up above the horizon. The conditions were therefore very different, as were the distances. For this second part of the project, I "only" had 700km to cover.


Clearly another epic expedition. And once again, you were able to achieve your goal as you (re-) reached the North Cape on 3rd December 2022. Can you tell us about your journey, as well as what you felt when you arrived at the Cape?

For once in 2022, I was lucky with the weather and conditions, they were better than expected. I had to face temperatures as low as -15°C, which is relatively pleasant compared to the -20/-25°C that I could have been subject to. Whether it was the arctic landscapes, the cold or the snow on the roads, the whole experience was crazy, it was maximum enjoyment for me and everything went well. The scenery and lights were insane, it was a beautiful spectacle. At night I was able to see the Northern Lights pretty much every day.

Once I reached the Cape, the emotions of "my arrival" were less strong than in June; it was easier because it was shorter, I think. And I already knew the place too.

However, I had a huge sense of pride and a real feeling of achievement. It took me a few minutes to realise that I had come to the end of my first big adventure project, for which I had prepared for over a year. At that moment, a lot of memories came rushing back. I remember telling myself, at the foot of the Globe monument: "that's it, you've done it".

When I envisioned this project, I was so close yet so far from imagining everything that would happen to me. There weren't any major surprises, on the whole it was easier than I imagined, but the lessons and teachings lived up to, if not exceeded, my expectations. I will keep certain memories that are just indescribable.

Quentin at the North Cape on 3rd December 2022.


When we spoke about this second part of the project, you said that you expected it to be pitch black all the time, for example. Based on your (magnificent) photos, that was not quite the case. What differences were there between what you had imagined or what you had planned, and what you really experienced?

Indeed, I thought that it would be much darker than that. The days were really short, around 3h of daylight per day. I thought that the luminosity would be weaker too; in reality, it was quite surprising. The brightest it was corresponded to the brightness we would usually have during a sunrise or sunset. But there it lasted hours. The colours in the sky were just as beautiful. The sunrise became the sunset. You have to see it to believe it! Just like turning on my torches at 1.30pm. The first few days, I would have happily gone to bed thinking it was 10pm when in reality it was 5pm.

Frozen roads, negative temperatures, and only a few hours of daylight each day, with the sun never rising.


In terms of equipment, how did you handle the conditions (cold temperatures, icy roads...)?

Choosing the right equipment was very important to make my life easier. I had studded tyres, which enabled me to not slip (too) much, a hub dynamo to power my torches, thermos flasks to keep my water in a liquid state (two 1L bottles to drink, mainly infusions).

I cycled 90km a day on average. Physically it was pretty "easy". But it was very mentally draining. I finished exhausted. Each moment was a battle to not slip on the snow/ice. To avoid getting cold as well. It's quite counter-intuitive, but to avoid getting cold, you shouldn't hesitate to remove some layers. The times where I got really cold were the times I over-dressed. I would sweat, and this sweat would freeze and make me cold. I was constantly zipping and unzipping, putting on my hood, taking it off, putting on my gloves, taking them off, same thing with my jacket, over-shoes... The aim was to always be comfortable and not sweat. At -15°C, I "only" had 3 layers. 1 long-sleeved T-shirt, a jumper and a "hardshell" jacket. I spent hours like that without getting cold. It worked a treat.

Nevertheless, I still lost the feeling in my feet for many hours at a time. It was beginning to get worrying because I did not know if my cleats were clipped in for example, and the simple fact of walking without feeling anything was quite unpleasant.

All in all, having to stay concentrated to avoid falling and to regulate my body temperature at all times meant that it was very tiring.


Do you think that having already gone through and experienced this environment last May/June helped you, particularly in terms of the mental aspect?

I don't know but I would have the tendency to say no. The two adventures were very different. It's very difficult to compare them.

Quentin faced temperatures as low as -15°C.


This winter you are working as a ski instructor, thus spending your day on the slopes... How to do handle this (very active) job with your cycling training?

I try to do my best. It's not always easy to motivate myself or find the energy to ride on my home trainer after a long day on the slopes, sometimes in the rain or in the cold.

I've set myself some pretty lofty goals in 2023, so even when I'm not very motivated, I try to be disciplined. I still very much enjoy training so once I get started, it's all good. I see that I am progressing so that is very encouraging.


What have you got planned for 2023?

I finish my ski season at the end of April. After that, I'll hit the road again - or rather the trails - as I still have so much to discover.

My mate Hugo lives in Scotland, we plan to ride across Scotland together on our mountain bikes. As taking the plane to get there doesn't really appeal to me, I will cycle up from where I live in France. In June/July, I will be back in France to prepare for the French Divide, a race I signed up for taking place at the start of August. After that, I don't know yet, it'll depend on how my body holds up. I'm quite the dreamer and am never lacking ideas, so I'll just see where my imagination takes me at that moment and then choose.

Quentin works as a ski instructor during the winter season.


Can you tell us about the French Divide?

The French Divide is an ultra cycling race, which traverses the whole of France from Dunkirk to the Basque Country on mountain bike trails. It's 2300km for 35000m elevation, completely self-sustained. The record for this event is 8 days. We are given at most 15 days to get to the finish line. The dropout rate is 50%. It's pretty mental.


The North Cape was a personal project, which you imagined, planned and executed alone. Why sign up for a race rather than undertaking another project of your own? Do you think you missed the competitive side of it?

I don't think that on such long distances you can really be "competing" all the time. For me, it's more the personal challenge that's appealing. An adventure that's a bit more extreme, where I am no longer the creator, but the consumer. The fact that I won't be alone will allow me to surpass my limits even more and thus better know myself.


The French Divide is a mountain bike race. That already makes things a little bit harder: heavier bike, no smooth asphalt to ride one... What made you want to get back to mountain biking?

When I started cycling nearly 3 years ago, it was on a mountain bike. For 1 year, I only rode my mountain bike, until I bought my road bike. Last year, I only did road cycling. I felt I wanted to get back on the mountain bike, where it all began. To find myself in more remote places too.

Quentin's bike set-up for his adventure to the North Cape.


You told me that you are going to build a personalised mountain bike for it to be perfectly adapted to your needs and criteria, with the help of your sponsor Nini Adventure. Can you tell us a bit more about what it will look like?

A bike that corresponds to my criteria, which are robustness, lightness and reliability. I was able to choose all of the bike's components. For instance, I have a suspended fork at the front, to absorb the shocks. Having a hub dynamo enables me to generate electricity and thus be independent. I also chose to put some TT bars, not to be more aerodynamic, but for comfort and the ability to change positions.


When you reflect back on 2023 at the end of the year, what does a successful year look like, or what would you like to have accomplished?

I hope to meet some amazing people along the way, see the beauties of nature, get to know myself better... All in all, it's about going to bed less stupid than I woke up, while living as simply as possible, with a tent to shelter myself, a duvet to keep me warm, and the strength of my legs to get around. I'll do what I can to have not regrets and live plenty of good times, both on and off the bike.

The Globe monument at the North Cape.


Your journey in stats:

Total distance covered? 700km.

Number of days? 8 days.

Average distance per day? 87.5km.

Average time riding per day? 4-5h.

Number of rest days? 0.

Average power? Still no powermetre!

Number of punctures? 0.

Minimum and maximum temperatures? -15°C and 0°C.


Thanks again to Quentin for sharing his experience and for telling us about his projects for 2023. We look forward to seeing what he will accomplish this year!

Until then, please share this article or leave a comment. You can also find Quentin on his social media channels:


[FRENCH VERSION]

Si vous avez lu la première interview que j'ai fait avec Quentin, alors je n'ai pas besoin de vous le présenter. Si non, vous pouvez retrouver l'interview en cliquant ici pour la lire avant de découvrir celle-ci.

L'été dernier, Quentin a rallié le Cap Nord après avoir parcouru plus de 4000km à vélo depuis sa maison dans les Alpes. Comme si une fois ne suffisait pas, il avait pour but de le refaire, cette fois-ci en hiver, en partant de Tromsø en Norvège. Une préparation minutieuse était essentielle au vu des conditions hostiles auxquelles il serait confrontée. Dans cette interview, on passe en revue ce voyage épique, ainsi que ses plans pour 2023. J'espère que cet article vous plaira, et j'espère qu'il vous motivera à vous fixer des objectifs ambitieux aussi!


Salut Quentin, comment ça va aujourd’hui?

Salut Louisa, ça va! J’espère que toi aussi, à l’autre bout du monde.


Quel(s) entraînement(s) as-tu prévu/fait aujourd’hui?

Je viens de finir un petit 3x10mins à 95% FTP. C’est pas de tout repos mais je prends toujours autant de plaisir à m’entrainer donc c’est cool.


Lors de notre première interview, nous avions parlé de ton succès dans ton projet de rallier le Cap Nord en vélo en mai/juin 2022. En réalité, ce n’était que la moitié du projet, puisque la deuxième partie consistait à rallier le Cap Nord en hiver, chose que tu as entreprise en novembre/décembre 2022. Peux-tu nous rappeler le détail de cette aventure?

Yes, après avoir fait 4000km en juin pour rallier le Cap Nord, où le soleil ne se couchait jamais, j’avais l’objectif d’aller expérimenter les conditions hivernales du Grand Nord, pour en connaître les deux extrêmes. Partir de Tromsø, au-dessus du cercle polaire arctique, pour rejoindre le Cap Nord, avec des températures négatives, des routes gelées et la nuit polaire. À l’inverse du mois de juin, le soleil ne passe jamais au-dessus de l’horizon. Les conditions n’étaient donc pas les mêmes, les distances non plus. Pour cette deuxième partie, je n'avais "que" 700km à parcourir.


Encore un sacré voyage, donc. Et encore une fois, tu es parvenu à accomplir ton but puisque tu es (re-) arrivé au Cap Nord le 3 décembre 2022. Peux-tu nous raconter ton voyage, ainsi que ce que tu as ressenti en arrivant au Cap?

Pour une fois en 2022, j’ai eu de la chance avec la météo et les conditions, elles étaient plus clémentes qu’espéré. J’ai dû affronter des températures allant jusqu'à -15°C, ce qui est relativement agréable par rapport aux -20/-25°C que j’aurais pu rencontrer. Que ce soit la traversée des paysages arctiques, le froid ou la neige sur les routes, l’expérience était dingue, le plaisir au maximum et tout s’est bien passé. Les paysages et les lumières étaient folles, c’était un très beau spectacle. Le soir j’ai pu voir des aurores boréales quasiment tous les jours.

Une fois au Cap, les émotions "de mon arrivée" étaient moins fortes qu’en juin; c’était plus facile car moins long, je pense. Le fait de connaître aussi.

Par contre j’ai ressenti énormément de fierté et un vrai sentiment d'accomplissement. J’ai mis quelques minutes à réaliser que j’étais venu à bout de mon premier gros projet d’aventure, celui pour lequel je me suis préparé plus d'un an. À ce moment-là, plein de souvenirs me sont revenus en tête. Je me rappelle me dire, au pied de ce globe: "c’est fait, tu as réussi".

Lors de la conception de ce projet, j’étais à la fois loin et proche d'imaginer ce qui allait m’arriver. Il n’y a pas eu de grosses surprises, globalement ça a été plus facile que je l’avais imaginé, mais les enseignements sont à la hauteur, voire plus, qu’imaginés. J’en garderais des souvenirs indescriptibles.

Quentin au Cap Nord le 3 décembre 2022.


Quand on avait parlé de cette deuxième partie du projet, tu disais que tu t’attendais à ce qu’il fasse nuit noire tout le temps, par exemple. D’après tes (magnifiques) photos, ce n’était pas tout à fait le cas. Quelles différences y avait-t-il entre ce que tu t’imaginais ou ce que tu avais prévu, et ce que tu as vécu?

En effet, je pensais qu’il allait faire plus nuit que ça. Les jours étaient vraiment courts, environ 3h de lumière par jour. Je pensais que la luminosité serait plus basse que ça; en réalité ça a été très surprenant. Le maximum de lumière correspond à ce qu’on peut avoir lors d’un couché ou d’un levé de soleil. Mais là c’était pendant des heures. Les couleurs dans le ciel étaient tout aussi belles. Le levé de soleil se confondait avec le couché de soleil. Il faut le vivre pour l'imaginer! Comme devoir allumer les lampes à 13h30. Les premiers jours, je serais volontiers allé me coucher en pensant qu’il était 22h, alors qu’il était en réalité 17h.

Routes glacées, températures négatives, et seules quelques heures de lumière par jour, le soleil ne se levant jamais.


Niveau équipement, comment as-tu géré les conditions (froid, routes enneigées...)?

Le choix du matériel était important pour me faciliter la tâche. J’avais des pneus cloutés, qui m’ont permis de ne pas (trop) glisser, un moyeu dynamo pour alimenter mes lampes, des thermos pour garder l’eau sous forme liquide (deux fois 1L pour boire, principalement des infusions).

J’ai fait en moyenne 90km par jour. Sportivement c’était assez "facile". Mais c'était très usant mentalement. J’ai fini fatigué. Chaque instant était un combat pour ne pas glisser sur la glace/neige. Pour ne pas avoir froid aussi. C’est assez contre-intuitif, mais pour ne pas avoir froid, il ne faut pas hésiter à se déshabiller. Les fois où j'ai vraiment eu froid, c’est quand j’étais trop habillé. Je transpirais, puis cette transpiration gelait et me refroidissait. J’étais constamment en train d’ouvrir une fermeture éclair, mettre ma capuche, l’enlever, mettre les gants, puis les enlever, pareil avec ma veste, mes couvre-chaussures… Le but était d'être toujours en aisance pour ne pas transpirer. À -15°C, je n'avais "que" 3 couches. 1 T-shirt manches-longues, un pull et une veste "hardshell". J'ai passé des heures, comme ça, sans avoir froid. Ça a très bien fonctionné.

Néanmoins, j’ai quand même perdu la sensation de mes pieds pendant de longues heures. Ça devenait inquiétant car je ne savais pas si ma pédale auto était clipsée par exemple, et le simple fait de marcher sans ressentir la moindre chose était assez désagréable.

Ainsi, devoir être concentré pour ne pas tomber et gérer ma thermorégulation à tous les instants font que c’était très fatiguant.


Penses-tu que le fait d’avoir déjà traversé cet environnement en mai/juin dernier t’a aidé, particulièrement au niveau du mental?

Je ne sais pas mais j’aurais tendance à dire non. Les deux aventures étaient très différentes. C’est très difficile de comparer.

Quentin a dû affronter des températures allant jusqu'à -15°C.


Cet hiver tu travailles en tant que moniteur, passant ainsi la journée sur les skis… Comment gères-tu ce travail (très actif) avec tes entraînements en vélo?

J’essaie de faire au mieux. Ce n'est pas toujours facile de se motiver et d’avoir l’énergie à faire du home trainer après avoir passé une journée sur les skis, des fois sous la pluie ou dans le froid.

Je me suis fixé des objectifs assez costauds en 2023, donc même quand je ne suis pas trop motivé, j’essaie d'être discipliné. Ça reste quand même un plaisir de m'entraîner donc une fois lancé, c’est bon. Je vois que je progresse en performance donc ça reste très motivant.


Qu’as-tu prévu pour 2023?

Je finis ma saison de ski fin avril. Après ça, je reprendrai la route - ou plutôt les chemins - car j’ai encore plein de choses à découvrir.

J’ai mon pote Hugo qui habite en Écosse, on a prévu de traverser l’Écosse en VTT ensemble. Comme ça ne me dit pas trop de prendre l’avion pour le rejoindre, je vais y aller en vélo en partant de la maison. En juin/juillet, je serai de retour en France pour me préparer pour la French Divide, une course à laquelle je suis inscrit début août. Après ça, je ne sais pas, ça dépendra de mon état physique. Moi qui suit un doux rêveur, je ne manque pas d’idées, donc je n’aurais qu'à faire marcher mon imagination à ce moment-là et choisir.

Quentin est moniteur de ski pendant la saison d'hiver.


Peux-tu nous présenter la French Divide?

La French Divide est une course d’ultra distance, qui traverse en intégralité la France de Dunkerque jusqu’au Pays-Basque par les chemins VTT. Ça représente 2300km pour 35000m D+, en autonomie complète. Le record de l’épreuve est de 8 jours. L’organisation nous laisse 15 jours maximum pour rallier l’arrivée. Le taux d’abandons est de 50%. C’est du costaud.


Le Cap Nord était un projet personnel, que tu as imaginé, planifié et entrepris seul. Pourquoi se lancer dans une course plutôt que d’entreprendre ton propre projet une nouvelle fois? Penses-tu que le côté compétitif te manquait?

Je ne pense pas que sur de telles distances on puisse vraiment être en mode compétition. Pour moi c’est plus le challenge personnel et le défi qui m’attire. Une aventure un peu plus extrême, où je n’en suis pas le créateur mais le consommateur. Le fait de ne pas être tout seul me permettra de dépasser un peu plus mes limites et donc mieux me connaître.


La French Divide, ce sera en VTT. Cela rend déjà la tâche un peu plus difficile: vélo plus lourd, pas de bitume lisse pour rouler… Qu’est-ce qui t’as donné envie de reprendre le VTT?

Lorsque j’ai découvert le vélo, il y a bientôt 3 ans, c’était en VTT. Pendant 1 an, j’ai fait exclusivement du VTT, jusqu’à l’achat de mon vélo de route. L’an dernier, j’ai fait uniquement de la route. J’avais envie de revenir sur un VTT, là où tout a commencé pour moi. Me retrouver dans des endroits plus isolés aussi.

Le vélo de Quentin pour son aventure au Cap Nord.


Tu m’as dit que tu vas monter un VTT personnalisé pour qu’il convienne parfaitement à tes besoins et critères, avec l’aide de ton sponsor Nini Adventure. Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce que tu prévois?

Un vélo qui répond à mes critères, c'est-à-dire robustesse, légèreté et fiabilité. J’ai pu choisir l’ensemble des composants du vélo. Par exemple, j'ai une fourche suspendue à l’avant, pour amortir les chocs. La présence d’un moyeu dynamo me permet de générer de l'électricité et ainsi être autonome. J'ai aussi choisi de mettre des prolongateurs, non pas pour l’aérodynamisme, mais pour le confort et pour pouvoir varier les positions.


Quand tu reverras l’année 2023 à la fin de l’année, qu’est-ce qui signifierait une année réussie pour toi, ou que voudrais-tu avoir accompli?

J’espère rencontrer des gens formidables sur ma route, voir les merveilles de la nature, mieux me connaitre… Bref, me coucher moins bête chaque soir, tout en vivant le plus simplement possible, avec une tente pour me mettre à l'abri, un duvet pour me mettre au chaud et la force de mes jambes pour me déplacer. Je ferais tout pour ne pas avoir de regret et pour vivre plein de bons moments, sur et à côté du vélo.

Le globe au Cap Nord.


Ton voyage en stats:

Distance parcourue? 700km.

Nombre de jours? 8 jours.

Distance moyenne par jour? 87.5km.

Temps de vélo moyen par jour? 4-5h.

Nombre de jours de repos? 0.

Puissance moyenne? Toujours pas de capteur de puissance!

Nombre de crevaisons? 0.

Températures minimales et maximales? -15°C et 0°C.


Merci encore une fois à Quentin d'avoir partagé son expérience et de nous avoir parlé de ses projets pour 2023. On a hâte de voir ce qu'il va accomplir cette année!

D'ici-là, n'hésitez pas à partager cet article ou laisser un commentaire. Vous pouvez aussi retrouver Quentin sur ses réseaux:

63 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page